Vos témoignages

Depuis 2012 je fais des randonnées avec l’épicurie et ce n’est pas près de s’arrêter !

Une ambiance juste au top avec des personnes exceptionnelles qui donnent vraiment le goût du cheval nature. Un cadre entre forêt et mer qui permet les meilleurs galops possible surtout avec ces petits poilus au top. Des chevaux qui allient confiance et confort grâce à cette fabuleuse allure qui est le tölt, surtout avec Kolskegur qui depuis 3 ans est devenu mon chouchou avec son caractère joueur et pleins d’entrain. 

Tout ça pour simplement dire un grand merci à l’épicurie pour tout le bonheur qu’ils m’apportent !

 

Son chouchou : Kolskegur

Claire

Mon aventure épicurienne a commencé par une nuit folle en roulotte avec les copains. Dix ans après, l’Epicurie, c’est : des moments de pur bonheur à cheval, des rencontres, des rires, des partages, de la bonne bouffe, des soirées autour du feu ou des pique-niques à l’ombre d’un chêne… Bref, à l’Epicurie, on vit !

Erika

L’épicurie en 5 souvenirs :

Mon 1er souvenir à l’Epicurie, c’est mon 1er galop dans la forêt de Lyons : les cavaliers confirmés profitant de la piste de plusieurs km sont partis devant au galop, pendant que j’étais à l’arrière pour mon 1er jour à cheval avec Patrice à mes côtés au galop m’expliquant de garder les épaules en arrière, de tenir la selle et de garder les talons baissés. L’Epicurie c’est vraiment la rando en pleine nature pour tout niveau ! Même les non initiés peuvent être au galop au bout de 2 heures (en mode sac à patate mais au galop quand même !).

Et ça c’est grâce aux Islandais : un confort insoupçonnable à cheval, une énergie explosive, des allures à tester (tolt et amble), des chevaux qui grâce à Patrice sont bien dans leurs têtes, et en plus ils sont trop choupi avec leur crinière XXL (des vrais têtes de poney !). De loin, on voit un troupeau d’une vingtaine d’Islandais homogène, mais il suffit de randonner avec eux pour découvrir la personnalité de chacun : un Reyk qui ne connaît que la pole position, une Tiggin qui tolte naturellement et est très à l’écoute de son cavalier (mais moins sociable avec ses congénères 🙂 ), un Sleipnir et un Randi qui aiment faire la course, une Tungl qui suit les copains dans le peloton de tête, un Otur qui est Mr Indépendance et qui préfère faire sa vie à l’arrière et une Overa dernièrement arrivée qui se met au trot dès que Patrice dit Stop car c’est plus amusant de démarrer au quart de tour que de s’arrêter 🙂
Ce sont des vrais petits 4×4 qui sont capables de galoper sur plusieurs km en faisant la course sans pour autant embarquer leurs cavaliers et qui peuvent gravir des dunes de sable avec des pentes quasi verticales !

Mon 2ème souvenir ce sont les galops interminables en baie de somme : sur des km de sable 20 chevaux au galop, les crinières au vent, chevauchés par des cavaliers tout sourire. Ca fait carte postale et pourtant le phénomène se répète 10 jours par an 🙂

Mon 3ème souvenir : la tarte aux pommes : après les chevaux et le cadre, ce qui compte le plus en rando c’est normalement le manger : et bien à l’épicurie la gastronomie normande supplante pour moi le cadre, avec des petits plats plein de saveurs et surtout une tarte aux pommes qui à elle seule vaut le déplacement.

Mon 4ème souvenir, c’est le cadre du gîte : encerclé par un ruisseau, proche d’un ancien moulin et d’une chapelle, dans un écrin de verdure, de vieilles pierres et de petits ponts faits de vieilles planches en bois. Impossible de faire plus authentique !

Mon 5ème souvenir : C’est le plaisir de retrouver des têtes connues à chaque rando : bien sûr les tenanciers (Patrice le gé(r)ant et Béa la photographe tout en sourires) mais aussi les habitués (et il y a en beaucoup !) sont à l’épicurie comme à la maison : on met ses Crocs avant d’entrer dans la pièce principale, on dit bonjour à Virgule au passage, et on s’installe pour savourer son petit jus de pomme en terrasse avec vue sur l’Andelle 🙂

L’épicurie en 3 mots : convivialité, simplicité, sécurité.

Vivement la prochaine randonnée !

 

Sa chouchou : Overa

 

Hélène

J’ai découvert l’Epicurie et les petits chevaux islandais tout à fait par hasard il y a 3 ans, et depuis je suis tombée sous leur charme. Par leur bravoure, leur vigueur, leur allure dynamique et sécurisante (le tölt !) ils dégagent une certaine fascination.

Nature, apaisement, convivialité, partage (…) pas moins de mots pour décrire l’Epicurie !

C’est une aventure intense entre bocages normands et forêt de Lyons (mais pas que!), un lieu magique pour la randonnée et qui garantit de beaux souvenirs. C’est sans compter sur Béa, formidable photographe qui immortalise chaque instant du voyage.

Une belle découverte et de chaleureuses rencontres, tout simplement GÉNIAL ! Encore merci à Patrice, Béa et aux poilus 😉

Sophie

Pour les amoureux de randonnées a cheval et de nature L’épicurie réunit  les conditions pour se faire plaisir le temps d’une balade ou d’un week-end : un accueil chaleureux, des accompagnateurs sympathiques, des chevaux islandais adorables et chevelus (voire très poilus), une ambiance détendue, des propositions variées de randonnées et d’activités, et enfin l’envie de transmettre sa passion et de faire plaisir.

Raphaël

À L’Épicurie, nous avons atterri, après une demande de randonnée à dos d’Islandais, ma fille Noélie et moi, en Normandie. On nous a répondu : « nos petits poilus se moquent pas mal de votre niveau, venez randonner avec nous ».

Nous avons découvert la forêt de Lyons, les boucles de l’Andelle et le pont « de la mort ». En groupe, en tête, en queue, au pas, au trot, à l’amble, au tölt ou au galop, à 12 ou 39 ans, on profite en confiance des beaux paysages forestiers grâce à ces chevaux qui ne s’en laissent pas conter. Du caractère, certes, mais surtout une fiabilité à toute épreuve de sorte que lorsque je nous vois remonter tout le troupeau au grand galop, un fou rire me prend et ne me quitte pas.

Accueillies à bras ouverts, nous y retournons plusieurs fois par an. Quirpur, Askja, Aldis, peut être bientôt Sleipnir ou Overa pour moi. Randy, Tungl, Tiggin pour Noélie, qui sera le prochain à l’emporter galoper en forêt ?

Annelise et Noélie

Je rêvais de chevaux islandais depuis longtemps… et Claude, mon mari, a découvert l’Epicurie sur internet. Le début d’une histoire qui dure depuis près de 7 ans.

Un vrai coup de cœur depuis la toute première fois et ma balade avec Lieder, le cheval volant tant ses allures sont rapides et légères.

Une rencontre avec les chevaux islandais mais aussi avec un accueil et une ambiances uniques. On se sent tellement bien à l’Epicurie…

Une histoire partagée en famille, pour Claude, Flavie et moi, avec nos chouchous Litfari, Natali, et … pour moi c’est un peu plus compliqué.

Lieder et Sleipnir (le beau blond à la fois speed et cool) sont mes coups de cœur depuis le début mais j’ai aussi monté et apprécié beaucoup des islandais de la troupe.

Un jour, j’ai voulu connaître Otur, assez peu monté et réputé avoir son petit caractère. J’ai vraiment craqué pour ce beau brun un peu canaille. Grâce à son confort et à la douceur de ses allures, Otur m’a permis de réaliser un rêve : monter à cru une journée entière en extérieur (et même deux jours une fois). C’est devenu comme une addiction, dès que l’occasion se présente, je pars à cru avec mon petit brun. C’est une sensation vraiment unique, assez animale et terrienne, comme de revenir à ses racines, faire partie des éléments qui m’entourent.

Je vais m’arrêter là mais il y aurait encore beaucoup à dire sur les moments magiques passés en Baie de Somme mais aussi en Islande…

Chaque jour passé à l’Epicurie est précieux pour une amoureuse des chevaux comme moi, je sais que je ne retrouverai pas cela ailleurs.

Caroline

Cela fait un an que nous avons découvert l’Epicurie, ses bons petits plats et ses islandais.

Ce fut le coup de foudre immédiat!

Depuis nous venons régulièrement pour une bouffée d’air normand.

En plus du plaisir pour nos papilles et de découverte des beautés de la forêt de Lyons, nous avons pu faire d’énormes progrès en équitation et dans la connaissance des chevaux.

Mille fois merci!!!

Speciale dédicace à Litfari et Otur nos plus fidèles destriers!

Pascaline et Thierry

Au bout de la route, passez le petit pont. Admirez les arbres, la rivière, la roulotte. Ne vous inquiétez pas des aboiements de Virgule. Entrez donc boire un verre. Car c’est ainsi que l’aventure commence à L’Epicurie : par le café, le verre, le casse-croûte de l’amitié. Avant de (re)découvrir le troupeau de chevaux islandais, petits mais costauds, crins fournis, têtes de peluches. Chacun/chacune avec son caractère, mais tous tellement bien élevés que partir en randonnée avec eux n’est que pur plaisir. La beauté de la forêt, la fraîcheur de l’Andelle, au pas pour rêvasser, au galop pour s’amuser. Avec, toujours, ce qui caractérise Pat, le maître des lieux : un très grand respect de la nature et des chevaux, la volonté de faire plaisir aux cavaliers, la convivialité avant tout.

Et pour mon choucou, après moult hésitations : Sleipnir ! 

Diane

A la base, je recherchais un centre équestre pour initier un débutant. Et je me suis souvenue de mon voyage en Islande, où ces mini montures m’avaient semblé globalement bien plus sympathiques que les grands destriers que je connaissais. Plus facile de monter dessus, plus facile d’éviter les branches, et aussi plus confortable. Ils se sont avérés être des partenaires de choix pour aller se promener.

Et que dire des montures ? Otur le valeureux m’a convaincu lors de ma première balade, le vif Kanon m’a offert de belles sensations à ma première journée entière, la jolie Tungl m’a permis de pratiquer les courses dans les champs quand les blés sont coupés, la coquine Vinda m’a fait des blagues, Askja l’ambleuse m’a fait bosser pour réussir à la maintenir au galop, l’endurante Pandra m’a emmené bien des fois sur les chemins de la forêt de Lyons, et le mythique Sleipnir (qui n’a finalement que 4 jambes) comble mes désirs de randonneuse à chaque fois. N’oublions pas Tiggin qui m’a fait comprendre ce qu’était le tölt. Ou encore le beau Jackson, la petite Vatna très confortable, le fiable Litfari, la généreuse Natali et le courageux Reyk… Bref, tous ces petits dadas bien sympas qui m’offrent le luxe de pouvoir profiter des balades en toute simplicité…

J’ai l’habitude de dire que je n’ai pas de chouchou parce que je les aime tous pour des raisons différentes ! Leur point commun est d’être de véritables professionnels de la randonnée équestre avec un tempérament très équilibré.

 

Grâce à eux, j’ai vu des débutants qui n’étaient jamais montés auparavant, réussir à galoper dès la première sortie, sans appréhension parce que les chevaux sont fiables et aussi parce que Patrice a ce don de démystifier l’équitation.

 

L’autre point fort de cette institution, c’est les gens qu’on peut y rencontrer. Des cavaliers de tous niveaux avec des ambitions différentes, qui pourtant se rejoignent par leur sens de la convivialité. C’est à l’Epicurie que j’ai rencontré celle qui allait devenir une de mes meilleures amies !

Cette ambiance, c’est Patrice et Béa qui ont réussi à la créer.

 

Enfin, la cuisine du maître des lieux est succulente. Des produits du terroir bien cuisinés qui ajoutent la touche finale à ce cocktail épicurien !

 

J’étais là-bas le week-end dernier, et pourtant, il me tarde déjà d’y retourner.

Surtout, ne changez rien, vous avez tout compris…

Céline